admrLutter contre l’isolement des personnes âgées

5,5 millions de Français, soit 10 % de la population, sont en situation d’isolement social. Parmi eux, 1,2 million de personnes âgées de plus de 75 ans. La lutte contre l’isolement des personnes âgées est l’un des piliers de la loi d’adaptation de la société au vieillissement.

En 2014, le gouvernement a lancé le plan national de Mobilisation nationale contre l’isolement des personnes âgées (MONALISA) validé par le Conseil économique, social et environnemental (CESE) et qui préconise son développement sur tout le territoire.

Qu’est-ce que le plan national de « Mobilisation nationale contre l’isolement des personnes âgées (MONALISA) » ?

L’isolement social concerne 1 personne âgée sur 4. Ces séniors n’ont pas ou peu de relations au sein de leur cercle familial et amical, non pas parce qu’elles ont choisi cette situation mais parce qu’elles la subissent. Cet isolement social est une souffrance et accélère la perte d’autonomie car il est souvent à l’origine du non-recours aux soins des personnes âgées qui se sont trop exclues de la société.

Pour lutter contre cet isolement social, et notamment celui des seniors, une alliance entre les pouvoirs publics et la société civile s’est constituée pour donner naissance en 2014 à la « Mobilisation nationale contre l’isolement des âgés (MONALISA) ». Son but est d’abord de recréer des liens en activant le tissu social proche de la personne âgée. Pour cela, des citoyens volontaires, des voisins, des associations, des collectivités, des caisses de retraite et la personne âgée elle-même s’engagent à œuvrer chacun à leur manière pour renforcer ces liens sociaux.

Concrètement, MONALISA dispose de « coopérations départementales » qui, sur ce type de territoire, font en sorte de mutualiser les ressources existantes, d’élaborer des diagnostics communs et de développer les équipes citoyennes pour au final créer une synergie entre les parties prenantes d’un territoire autour de la lutte contre l’isolement social. Les équipes citoyennes, portées par des associations ou des collectivités territoriales définissent elles-mêmes un programme d’accompagnement des personnes âgées et adhèrent à la charte MONALISA. L’Union Nationale ADMR est signataire de cette charte.

L’ADMR de Guilvinec-Tréffiagat à la suite de son DLA entrepris en 2015 avec les cinq associations ADMR du Pays Bigouden Sud, s’est ralliée à ce dispositif et à rejoint l’UFCV pour formuler, en intermédiation, le projet d’accueil de jeunes volontaires du SERVICE CIVIQUE.
Ainsi Elisa et Hugo sont en poste au Guilvinec depuis le 21 aout, pour une durée de huit mois. Après une période d’intégration et une formation à Rennes ils seront en mesure de participer à la mise en œuvre d’un programme local d’animation en direction des seniors en situation d’isolement.